Cactus et médecine. by Jacques Soulaire

By Jacques Soulaire

Show description

Read Online or Download Cactus et médecine. PDF

Best plants: botany books

Advances in Botanical Research, Vol. 20

The 20 th quantity within the sequence deals articles of curiosity to a large variety of plant scientists. those fluctuate from attention of the connection among crops and weather to the biochemistry and makes use of of well-known plant metabolites. Woodward and Smith talk about the improvement of dynamic and mechanistic types to beat a number of the barriers of present, basically static, ways to the impression of weather switch on traditional crops and vegetation.

Reactive Oxygen Species and Antioxidants in Higher Plants

Offering easy details on reactive oxygen species (ROS), this quantity describes new advancements within the motion of ROS, the position of antioxidants, and the mechanisms constructed to scavenge loose radical linked mobile harm. It illustrates the chemistry of ROS, ROS signaling, antioxidative safeguard platforms, transgene methods in scavenging ROS, and the position of oxidative rigidity in plant recalcitrance and hyperhydricity in addition to how crops orchestrate their reaction to morphogenesis.

Extra info for Cactus et médecine.

Sample text

C’est une sorte de gomme soluble dans les dissolvants organiques, pouvant être mélangés au caoutchouc et susceptibles d’en modifier les propriétés, ou bien à de la graisse afin de confectionner des cierges à bon marché. ) Br. , gros comme un poing, recouverts de longs aiguillons flexibles sont, après diverses modifications, utilisés par les Indiens du Sonora et du Sinaloa dans la fabrication des brosses à cheveux. Enfin les aiguillons des Cactées sont utilisés par les tribus les plus primitives pour de nombreux usages.

Sans parler ici des espèces déjà bien connues telles le Lophophora Williamsii, le Trichocereus candicans, le Selenicereus grandiflorus… (que nous étudierons en détail), nombreuses sont celles qui attirent notre attention. Le Harrisia fimbriata Br. fournit un suc qui jouit d’une « âcreté tellement brûlante » qu’il ne peut servir qu’en usage 55 externe. Ses propriétés vésicantes rappellent celles de certaines Euphorbes. Son emploi à l’intérieur a été déconseillé de façon fort véhémente, « quoique réputé hydragogue et désobstruant ; il n’est que quelques jongleurs et médicastres qui aient l’imprudence à l’administrer dans les maladies chroniques pour renvoyer de la terre des vivants le malheureux malade qui a eu la faiblesse d’implorer de tels conseils ».

Passer au tamis, ajouter quelques pincées de farine fraîche de manioc, dix grammes de sel d’ammoniaque et trente grammes d’onguent napolitain » ; on obtient ainsi un cataplasme « omnibus » puisqu’il sert aussi bien à traiter, en application sur les paupières, les ophtalmies les plus tenaces, qu’à guérir les pneumonies ou à enlever les cors aux pieds. Mais ne voyons-nous pas dans nos consultations des malades atteints de phlegmons des gaines nous avouer avoir essayé de (1) Médecin du roi de Saint-Domingue au début du siècle dernier.

Download PDF sample

Rated 4.08 of 5 – based on 35 votes